A Trévoux (01) et Villefranche sur Saône (69), deux projets urbains du Groupe SERL confortent leur labélisation ÉcoQuartier | Groupe SERL
Contact(s)
Audrey DELALOY

04 72 61 50 83
Référente renouvellement urbain
Directrice de projet

David Bellanger David BELLANGER

04 72 61 50 69
Chef de projet
Écoquartier des Orfèvres
Trévoux

François TRICHET François TRICHET

04 72 61 50 39
Chef de projet
Écoquartier Monplaisir
Villefranche-sur-Saône

Actus
Docuthèque
Écoquartier des Orfèvres // Synoptique des intentions & indicateurs clés

Charte ÉcoQuartier Monplaisir

De longue date, le Groupe SERL s’est inscrit dans une démarche de qualité environnementale pour ses opérations d’aménagement et de construction. Historiquement et de façon plus formelle depuis 2008, celui-ci s’est engagé sur différentes pistes, comme les labels HQE aménagement ou EcoQuartier. Dans ce cadre, les ÉcoQuartiers Monplaisir à Villefranche-sur-Saône (69) et Orfèvres à Trévoux (01) obtiennent tous deux la labellisation EcoQuartier étape 2 Phase Réalisation.

Qu’est-ce que le label ÉcoQuartier ?

Les objectifs

Lancé en décembre 2012, le label ÉcoQuartier répond à l’objectif fixé par l’article 7 de la loi de programmation du 3 août 2009 relative à la mise en en œuvre du Grenelle de l’environnement. Par ce label, l’État encourage la réalisation, par les collectivités territoriales (et leurs concessionnaires d’aménagement !), d’opérations exemplaires d’aménagement durable des territoires et plus particulièrement des opérations d’ÉcoQuartier dans les territoires qui ont des programmes significatifs de développement de l’habitat.

Faire entrer son projet d’aménagement ou de renouvellement urbain dans la démarche ÉcoQuartier, c’est notamment :

  • Mettre en œuvre les 20 engagements du référentiel ÉcoQuartier pour intégrer toutes les dimensions d’un aménagement durable dans son projet
  • Faire reconnaître l’exemplarité d’un projet par le label national ÉcoQuartier et entrer dans une démarche d’amélioration continue

Un label en quatre étapes

La démarche ÉcoQuartier est progressive. Le label ÉcoQuartier, conçu en quatre étapes, récompense la vision, la volonté et l’action de la collectivité locales porteuses du projet et de son aménageur :

  • L’Étape 1 – l’ÉcoQuartier en projet : en amont possible des projets, cette étape a pour but de confirmer l’engagement de la collectivité dans la démarche ;
  • L’Étape 2 – l’ÉcoQuartier en chantier : les études achevées et le chantier engagé, une expertise est alors réalisée pour identifier ses points forts et proposer des pistes d’améliorations ;
  • L’Étape 3 – l’ÉcoQuartier livré : lorsque l’ÉcoQuartier est livré (ou quasi livré) ;
  • L’Étape 4 – l’ÉcoQuartier confirmé : 3 ans après la livraison et après l’obtention du label – étape 3, le label – étape 4 distingue les bonnes pratiques en matière d’évaluation et d’amélioration continue des projets.

Une méthode inspirante pour les projets du Groupe SERL

De son côté, le Groupe SERL s’est inscrit, historiquement et de façon plus formelle en 2008, dans une démarche de qualité environnementale pour ses opérations d’aménagement et de construction. La SERL s’est ainsi engagée sur différentes pistes : HQE Aménagement pour des opérations de développement économique (Everest) ou d’aménagement urbain (Terrain des Sœurs), et ÉcoQuartier avec l’opportunité d’aller jusqu’aux étapes d’évaluation (Etape 4 en 2018 pour la Duchère).

Quel que soit le projet, la labellisation permet de développer une approche collective de la fabrication de la ville : faire ensemble (collectivités et habitants), se fixer des objectifs, innover, mesurer les résultats, partager avec les usagers et habitants et capitaliser sur des thématiques de la transition vers des modes de construire la ville plus sobrement.

Label 2 ÉcoQuartier : quelles démarches pour le quartier des Orfèvres à Trévoux ?

Quartier des Orfèvres, à Trévoux

Les intentions pour le projet

L’EcoQuartier de Trévoux se développe au travers d’une approche holistique intégrant des principes forts :

  • Participation et appropriation des habitants, mixité de la population, mutualisation de locaux partagés (chambre d’hôte, salle de réunion, atelier, salle festive …) ;
  • Mise en valeur de la nature et de la biodiversité, avec notamment la notion d’« habiter le Parc » créé, approche bioclimatique des constructions ;
  • Développement des mobilités douces : priorité donnée aux piétons et aux vélos, y compris vélos collectifs pour desservir le groupe scolaire, Bus à Haut Niveau de Service reliant Trévoux à Lyon ;
  • Préservation des ressources : ré-emploi de matériaux, approvisionnement local et bio-sourcé, gestion de l’eau.

Des ambitions renouvelées avec le label étape 2

Cette étape 2 de labellisation voit à Trévoux se mener des opérations ambitieuses :

  • Ré-emploi in situ de 92 % des matériaux issus des déconstructions ;
  • Fertilisation des terres issues du site ;
  • Constructions en structure bois et autres bio-sourcés (isolation paille, étanchéité caoutchouc, torchis à partir de terre du site, canalisation d’assainissement en grès) : groupe scolaire, programme de logements du lot 4 ;
  • Chaufferie biomasse partagée.

Une co-production avec les habitants sera en outre maintenue, dans le cadre notamment du projet d’Habitat Participatif (20 logements, montage coopératif).

Label 2 ÉcoQuartier : quelles démarches pour le quartier Monplaisir à Villefranche sur Saône ?

La quartier Monplaisir

À Villefranche-sur-Saône, la reconquête d’une friche industrielle et urbaine de près de 9 hectares permet d’étendre le centre-ville en proposant des commerces, des loisirs et des services à destination de tous les caladois et de créer près 600 logements de différents types.

©WaitForIt / Vue sur cinéma CGR et brasseries - Écoquartier Monplaisir
©WaitForIt / Vue sur cinéma CGR et brasseries – Écoquartier Monplaisir

Les ambitions pour le quartier en construction

Avec l’engagement dans l’étape 2 du label, les ambitions en termes de développement durable se concrétisent :

  • Les premières opérations immobilières sont en cours de réalisation : logement en accession libre, logement locatif social et résidence séniors vont permettent d’accueillir dans les prochains mois les premiers habitants et vont poser les bases de la mixité dans le quartier.
  • Les premiers commerces et activités de loisirs sont là : cinéma multiplexe (10 salles) et deux brasseries. Ainsi, le quartier attire-t-il déjà les Caladois et participe activement au dynamisme économique, social et culturel des lieux.
  • Un parking mutualisé de 365 places en cours de construction. Il permettra de réduire la présence de la voiture sur l’espace public (participant ainsi à créer des espaces publics apaisés) et offrira des complémentarités d’usages entre certaines activités (bureaux et loisirs).
  • Afin de développer les énergies renouvelables, un projet de centrale photovoltaïque citoyenne a été lancé. Cette centrale est susceptible de se développer en toiture du parking silo.
  • Les logements seront raccordés au réseau de chaleur qui sera étendu pour les besoins du quartier. Ce réseau géré par le SYTRAIVAL fonctionne avec 95 % d’énergie renouvelable, permettant ainsi d’ancrer le quartier dans la transition environnementale.
  • En matière de biodiversité, un ancien bâtiment au cœur de la ZAC a fait l’objet d’une rénovation spécifique afin que les différentes espèces de chauves-souris qui occupaient le site préalablement aux travaux y retrouvent un habitat adapté.

Plusieurs actions de concertation avec la population caladoise permettent en outre de partager une vision commune afin de favoriser le vivre-ensemble dans un futur proche.

>> Retrouvez le dernier Café du projet (12/12/2020), organisé en visio-conférence


  • Une expérience solide des démarches EcoQuartier
  • Apporter un « supplément d’âme » au projet via la concertation pour l’enrichir et le rendre cohérent avec les évolutions sociétales et environnementales contemporaines

MEMO

  • Enjeu : Qualité des projets d’aménagement
  • Durée : 4 étapes : de l’ÉcoQuartier en projet à l’ÉcoQuartier livré et évalué

Show Buttons
Hide Buttons