Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif : le Groupe SERL partenaire actif des 6e rencontres (8-11 juillet 2021) - Groupe SERL
Contact(s)
Anna SARNER

04 72 61 50 70
Cheffe de projets
Responsable d’affaires

Élise DAVID

04 72 61 50 77
Cheffe de projets
Responsable d’affaires

Benoît RAVIER

04 72 61 50 66
Directeur de projets
Responsable d’affaires

Élisa DOUBET

04 72 61 50 51
Cheffe de projets
Responsable d’affaires

Actus

Le Groupe SERL était partenaire des 6e Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif organisées par Habitat & Partage et Habitat Participatif France, et qui se sont déroulées du 8 au 11 juillet à Lyon. Ce fut l’occasion, pour plusieurs chef.fe.s de projets de la SERL, de participer à des ateliers (sur les organismes fonciers solidaires et un jeu sérieux dédié à l’aménagement). Mais également de co-organiser et d’animer une table ronde consacrée aux liens entre habitat participatif, mouvements coopératifs et implication des habitants dans le processus de fabrication de la Ville, autour de la notion des Communs.

Les 6e Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif

Depuis 2010, les Rencontres Nationales de l’Habitat Participatif de Strasbourg, Grenoble, Lille, Marseille et Nantes ont contribué à la structuration d’un mouvement national et la (re)connaissance de l’habitat participatif. Outre mettre en lumière la dynamique de développement de l’habitat participatif, ces rencontres ont ainsi pour objectif d’élargir le débat au-delà même des seules opérations d’habitat participatif, pour regarder ce qui peut contribuer à créer du commun, de l’équité, du lien social.
L’habitat participatif est venu répondre au besoin d’un nombre grandissant de citoyens de concevoir des lieux de vie orientés autour de la solidarité, de la mutualisation, d’une sobriété écologique du bâti et des usages.

Le principe de l’habitat participatif

Il s’agit, pour un groupe d’habitants, de se constituer collectivement afin de définir un projet d’habitat répondant à ses objectifs de vie. De ce principe, en découlent une participation à la conception du futur lieu de vie, une définition des espaces communs, le choix des modes de gestion et d’entretien des biens, le choix de la qualité environnementale des constructions, ou encore le choix de matériaux…
Encadrée par la loi ALUR en 2014, l’habitat participatif est désormais défini dans le Code de la Construction et de l’Habitat (article L 200-1). De tels projets sont en cours sur plusieurs opérations du Groupe SERL.

« De l’habitat participatif au quartier participatif : comment remettre les citoyen.ne.s au cœur de la fabrique de la Ville ? »

Les objectifs de la table ronde : ouvrir les horizons !

En partenariat avec ARCHIPEL CDCU, le Groupe SERL animait le 9 juillet une table ronde dédiée à une réflexion sur l’habitat et le quartier participatif, au regard de diverses expériences en France et dans d’autres pays francophones. Il s’agissait de s’interroger sur les démarches de participation citoyenne à toutes les échelles d’un lieu de vie : le logement, les espaces résidentiels, les îlots, le quartier… pour mieux se réapproprier les « communs ».

La Ville ne se doit plus d’être simplement inclusive, elle doit être contributive. Elle doit se réinventer avec et pour ses habitants, en devenant un « laboratoire urbain » afin de mieux comprendre les enjeux, explorer des idées d’aménagements, faire émerger des solutions pertinentes pour développer les communs.

Table ronde autour des démarches de participation citoyenne à toutes les échelles d’un lieu de vie avec Elise David et Anna Sarner du Groupe Serl ©Serl

Quatre regards croisés francophones

Pour illustrer ces réflexions, plusieurs exemples croisés francophones ont pu être analysés :

  • La Duchère à Lyon (SERL et Mission Lyon La Duchère) : penser la ville avec et pour les futurs habitants. Les exemples de l’Écoquartier de la Duchère, ou du quartier participatif de la Sauvegarde, ont rappelé l’importance des démarches de participation citoyenne dans la co-construction d’un Écoquartier exemplaire. De la réunion publique au « faire-ensemble », les démarches participatives ont permis de développer des actions collaboratives en faveur de la transformation du quartier :
    • concertation des habitants sur l’ensemble des thématiques du projet (espaces publics, installations artistiques, qualité d’habiter…)
    • développement de projets d’occupation transitoire de préfiguration de l’espace public
    • ou encore la co-évaluation des espaces publics livrés.

Autant de démarches portées par l’aménageur nourrissant le projet urbain et vecteur de lien social, de mixité en faveur des habitants et usagers.

  • La Coopérative Équilibre au sein de l’Écoquartier des Vergers – Les habitants de la Coopérative Équilibre ont pu témoigner de leur expérience, du montage du projet à la définition des espaces communs.
  • Un projet d’habitat de la région bruxelloise (Community Land Trust Bruxelles) – Des membres du CLTB sont revenus sur Calico, un projet d’habitat partagé intergénérationnel à Bruxelles qui dissocie le foncier du bâti et permet de promouvoir un habitat plus abordable et mixte au sein de la capitale belge.
  • L’équipe du Groupe de Ressource Technique Bâtir son Quartier qui développe à Montréal des projets d’habitation communautaire – Après avoir illustré comment les coopératives d’habitation et les OBNL sont nées au Québec (mouvement bottom up) et se sont institutionnalisées, des exemples de projets ont permis de saisir comment se construisent à Montréal des quartiers plus solidaires grâce à l’habitation communautaire et comment le mouvement des coopératives influence aujourd’hui les politiques publiques.
L’Atelier : « L’Organisme de Foncier Solidaire, levier pour l’habitat participatif non spéculatif ? Avancées et perspectives » avec Benoît Ravier du Groupe SERL ©Serl

Aller plus loin…

Ces réflexions autour « des communs » et des démarches de participation citoyenne comme accélérateur de la fabrique de la Ville, ont permis d’élargir le débat sur des sujets connexes, tels que :

  • Les enjeux de gouvernance et d’accompagnement des collectivités de ces processus participatifs quand :
    • Ces initiatives sont issues de mouvements citoyens (bottom up).
    • Des orientations réglementaires ou de politique publique locale incitent et encouragent les démarches de participation citoyenne (top down).
  • La contribution de ces actions à la mixité sociale (logements abordables…), fonctionnelle et à l’émergence d’une économie plus sociale et plus solidaire.
  • La question de la résilience urbaine : ces démarches ne sont-elles pas une possible réponse aux problématiques urbaines actuelles (pandémie, …) et à venir ? Lutte contre l’isolement, modularité des espaces de vie, approche moins consommatrice des espaces…
  • L’Habitat Participatif et le Renouvellement Urbain, un terreau favorable aux démarches participatives et de co-construction : Comment faire émerger des projets d’habitat participatif pour les habitants des quartiers de renouvellement urbain ? Comment remobiliser les citoyen.ne.s autour de la conception et de la gestion de ces quartiers en changement ?

L’Atelier « Urbi Co-Lab’ », jeux sérieux créé par l’action collective La CO-Lab’ de Ville & Aménagement Durable avec Elisa Doubet du Groupe SERL ©SERL
  • Être en permanence actif sur de nouveaux thèmes structurants pour l’avenir, dans une perspective d’enrichir nos méthodologies.
  • Mettre en place une réflexion collaborative avec les habitants et usagers sur ces thèmes, pour faire émerger de nouvelles pratiques, de nouveaux usages et favoriser le vivre ensemble

Show Buttons
Hide Buttons