Villeurbanne (69) – Gratte-Ciel : un cœur de ville qui bat ! - Groupe SERL
Contact(s)
Benoît RAVIER

04 72 61 50 66
Directeur de projets
Responsable d’affaires

Cécile BOSSIÈRE

04 72 61 50 47
Cheffe de projets
Responsable d’affaires

François TRICHET François TRICHET

04 72 61 50 39
Chef de projets
Responsable d’affaires

Loïc HOUNCHERINGER

04 72 61 50 65
Chef de projets

Amélie LEGUAY

04 72 61 50 55
Chargée d’études

Situation
Docuthèque
GC Lettre d’infos #11 – Juil. 21

Désigné en 2014 par la Métropole de Lyon, en partenariat avec la ville de Villeurbanne, le Groupe SERL est l’aménageur du projet urbain Gratte-Ciel centre-ville. L’arrivée de nouveaux élus à la Ville et à la Métropole en 2020 a marqué la volonté d’enrichir le projet. L’expérimentation engagée en matière d’urbanisme transitoire depuis plusieurs mois a également connu une accélération au début de l’été, avec une offre d’activités et d’expérimentation riche et variée à découvrir désormais au quotidien.

Les caractéristiques du projet urbain Gratte-Ciel centre-ville

Les ambitions du projet urbain

En s’appuyant sur les principes urbains historiques des Gratte-Ciel des années 1930, l’opération vise à proposer un prolongement de près de 8 hectares du centre-ville de Villeurbanne, deuxième ville de l’agglomération lyonnaise avec ses 150 000 habitants. Ce projet emblématique de Villeurbanne a pour objectif de proposer une extension du cœur de ville agréable, avec de nouveaux espaces arborés et apaisés, des équipements publics renforcés, de nouveaux commerces de quartier et la création de 830 logements environ.

Outre un défi architectural – les gratte-ciel constituant un patrimoine urbain du 20e siècle, les « nouveaux » Gratte-Ciel doivent devenir celui du 21e siècle – le projet comporte également un défi de proximité : affirmer son identité de cœur incontesté de Villeurbanne. À cela, s’ajoute également un défi métropolitain, avec un accroissement du rayonnement de Gratte-Ciel au-delà de la ville.

Perspective projet (non contractuelle) de l’Avenue Henri Barbusse prolongée à Villeurbanne – Axe nord-sud ©Insitue

La programmation

Le projet urbain Gratte-Ciel centre-ville représente aujourd’hui 110 000 m² de surface de plancher sur près de 8 hectares :

  • 62 000 m² de logements (830 logements hors résidence étudiante : accession libre, accession à prix maîtrisé (Bail Réel et Solidaire), locatif social, accession sociale).
  • 4 400 m² de bureaux en façade sur le cours Émile-Zola.
  • 16 000 m² de commerces et services.
  • 24 000 m² d’équipements : nouveau lycée Pierre Brossolette (construit sous mandat SERL pour le compte de la Région Auvergne-Rhône-Alpes), complexe sportif Alexandra David-Neel, groupe scolaire Rosa Parks (20 classes, construites sous mandat SERL pour le compte de la Ville de Villeurbanne), équipement petite enfance (42 places), cinéma, pôle jeunesse.
  • 26 000 m² d’espaces publics.
Perspective projet (non contractuelle) de l’esplanade Agnès Varda à Villeurbanne – Axe est/ouest ©Insitue

Une volonté marquée d’enrichir le projet

Un projet de forte ambition

Le projet urbain Gratte-Ciel centre-ville porte, depuis ses origines, des ambitions fortes en matière de qualité de ses bâtiments, mais aussi de ses espaces et aménagements publics.

Les nouveaux élus de la ville de Villeurbanne et de la Métropole de Lyon ont souhaité renforcer certains principes du projet pour mieux répondre aux enjeux de demain, avec une attention particulière portée à la qualité architecturale des bâtiments, mais aussi aux espaces publics et aux futurs usages au sein du quartier.

Des évolutions par rapport au projet initial

Un programme qui s’est affiné avec :

  • La confirmation de la volonté initiale de mettre l’accent sur la production de logements abordables pour 54 % de l’habitat à construire.
  • Une opération légèrement moins dense en logements (réduction de 5 % par rapport au programme initial), afin de permettre des espaces publics plus généreux.

Une adaptation des enjeux et du territoire aux évolutions climatiques :

  • Des usages repensés pour apaiser le quartier, la priorité étant donnée aux piétons, aux cyclistes et aux transports en commun. La future esplanade Agnès Varda sera ainsi élargie à 30 mètres, une placette de 370 m² sera également ajoutée, ce qui équivaut à une augmentation de 1 700 m² d’espaces publics. Les principales rues du quartier – avenue Henri-Barbusse prolongée et esplanade Agnès-Varda – seront piétonnes.
  • Les espaces publics fortement végétalisés contribueront à de forts enjeux urbains : accueil de la biodiversité urbaine, lutte contre les chaleurs estivales, gestion des eaux pluviales… Au total, près de 500 arbres seront plantés sur les futurs espaces publics.
  • À cela s’ajoute la volonté de construire des bâtiments aux performances énergétiques ambitieuses, avec des méthodes et des matériaux de construction au bilan carbone limité.
  • L’arrivée du tramway T6 sur la partie nord de la ZAC permettra une desserte performante de ce nouveau centre-ville élargi, pour les habitants, les commerces et les équipements du secteur.
  • Une ambition forte autour de la logistique urbaine dans ce quartier commercial dense et piéton permettra de limiter le nombre de camions et de repenser la livraison du dernier kilomètre par vélo-cargo.

Ces orientations ont été présentées lors d’une visite sur site du Président de la Métropole et du Maire de Villeurbanne le 15 juin dernier.

Le laboratoire extérieur des Gratte-Ciel : faire ville avant la ville

Un urbanisme transitoire

Le Laboratoire Extérieur des Gratte-Ciel expérimente un urbanisme transitoire à travers une occupation temporaire à grande échelle de 7 000 m² sur le site du projet. L’objectif est d’expérimenter, de préfigurer de nouveaux usages, tout autant que de permettre l’occupation de terrains qui ne sont pas encore aménagés, jusqu’à mi-2023.

Une appropriation par les citoyens

Semis d’aromatiques, initiation à la création de massifs de plantes, végétalisation d’objets anciens/détournés, bricolage et réalisation de mobiliers… Voilà quelques-unes des activités auxquelles il était possible de participer lors de la journée « portes ouvertes » organisée le 3 juillet dernier.

Une occupation temporaire de 7 000 m² : expérimenter, préfigurer de nouveaux usages en attendant les futurs aménagements ©SERL

Le Laboratoire Extérieur des Gratte-Ciel s’organise autour :

  • D’une occupation continue avec des projets structurants, sur le temps long de l’occupation temporaire : quatre lauréats ont été retenus de manière collégiale à la suite d’un appel à projet lancé en septembre 2019. Nature en ville (et notamment plantations sur toitures), réemploi de matériaux, chantiers participatifs, vivre-ensemble, artisanat… Les thématiques proposées par ces quatre occupations continues préfigurent l’identité du quartier de demain. Elles s’organisent physiquement autour du futur prolongement de la rue Henri Barbusse, axe structurant des Gratte-Ciel historiques, de même que la maison du projet, déplacée début juillet pour intégrer le périmètre du laboratoire.
  • Des projets éphémères avec des événements plus ponctuels, destinés à animer le quartier et rythmer la programmation : conférences, co-construction de mobiliers, ateliers de concertation, balades urbaines, expositions, concerts et projections de films… rythmeront également la vie de l’occupation temporaire, au sein d’espaces communs et partagés (une agora au centre de l’occupation temporaire, un espace détente végétalisé, un espace créatif et sportif le long du cheminement piéton).

De très nombreux habitants ou futurs habitants du quartier ont investi le « Lab. ». Ils ont ainsi pu flâner au gré des boutiques, s’attabler auprès des restaurants, déguster des productions locales, « mettre la main à la pâte » pour créer du mobilier, discuter avec les porteurs de projets… Une journée bien remplie pour petits et grands.

Le Laboratoire Extérieur des Gratte-Ciel est ouvert tous les jours, de 9 h 00 à 23 h 00. Retrouvez la programmation des activités et des événements sur le site du projet Gratte-Ciel centre-ville 

Journée « porte-ouverte » de l’occupation temporaire le 3 juillet 2021 ©SERL

  • Nourrir un dialogue itératif avec les élus dans la mise en œuvre opérationnelle de leurs orientations pour la Ville de demain
  • Construire une occupation temporaire permettant de faire le lien entre les expérimentations menées et le projet urbain.

MÉMO

Enjeu : doubler le centre-ville de Villeurbanne, pour en renforcer le rôle de centralité urbaine d’une ville de 150 000 habitants.
Mission du Groupe SERL : contrat de concession d’aménagement.
Client : Métropole de Lyon
Montant d’investissement : 98 M €.
Durée : 2014-2030
Le programme : 110 000 m² de surface de plancher sur près de 8 hectares, offrant une mixité d’usages (habitations, commerces, activités de bureaux, équipements publics).
Site web officiel : www.grattecielcentreville.fr


Show Buttons
Hide Buttons